ALERTE !

Image Description FIDS67

  • 2 avril 2019

Nous totalisons à ce jour 490 ha de dégâts sur prairies et ce n'est malheureusement pas fini. Les estimations sont toujours en cours.

Alors que des agriculteurs remettent leur prairies en état, ils constatent que le lendemain matin, les sangliers ont à nouveau tout saccagé.

Il faut absolument réagir !

D'ici quelques jours, nous risquons de dépasser les dégâts de toute l'année 2018, alors que les semis de maïs n'ont pas encore démarré.

Pour le moment, nous avons averti 18 locataires, qui sont en rouge et qui seront convoqués en 4C avec le risque d'une mise en demeure. Certains risquent de prendre leur deuxième mise en demeure, avec à la clé, la résiliation du bail.

29 autres locataires sont en orange et ont eux aussi été avertis.

20 locataires totalisent 190 ha de dégâts et ce n'est pas fini.

Malgré nos recommandations, certains n'ont pas réagi. Pas de tir de nuit, pas de tir en plaine, il faut garder les sangliers pour les battues !

C'est de l'inconscience, c'est même criminel.

Alors que la sécheresse a sévi, que les "greniers" à foin sont quasiment vides, il faut stopper cette hémorragie et vite.

Les louvetiers ont prélevé 350 sangliers en battue administratives et le message n'est pas passé.

Que faut-il de plus ?

Nos estimateurs, qui font un excellent travail, subissent les foudres de certains agriculteurs excédés par les dégâts.

Notre service technique est assaili de demande pour les clôtures électriques, afin de protéger les parcelles de maïs ensilage, qui devrait absolument compenser le manque de foin dû aux dégâts.

Il y a urgence à réagir !