A propos


Bref historique :


En 1925, les agriculteurs alsaciens et mosellans ont abandonné leur droit d’affût en échange de l’indemnisation des dégâts.
Le Syndicat des Chasseurs était créé, avec pour but l’indemnisation des dégâts de sangliers.
La loi du 23 Février 2005 remplaça le Syndicat par le Fonds d’Indemnisation.
La loi du 31 Décembre 2008 modifia la loi sur le FIDS avec la possibilité de mettre en place un bracelet sanglier et la possibilité de sectoriser la plaine en plus de la forêt.
A ce jour, les locataires de chasse cotisent à hauteur de 11 % du montant du bail, auxquels s’ajoute une contribution complémentaire en fonction des dégâts du secteur dans lequel ils se trouvent. De plus, chaque chasseur chassant le sanglier doit s’acquitter d’un timbre sanglier de 70 €.
 

Organisation :


Le FIDS est dirigé par un Comité de 7 membres. Sa composition est la suivante :
Président : Robert WEINUM, Vice-Président : Jérôme DE POURTALES, Trésorier : Jean-Marc SEILER, Trésorier-Adjoint : Laurent LAMBERT, Secrétaire : Pierre CRIQUI. Rudy SCHEUER et Jean - Marie ROECKEL ont pour fonction Assesseurs.
Le personnel permanent est composé d’une secrétaire comptable, d’un directeur et de trois techniciens. 3 apprentis complètent l’équipe technique.
Cette équipe encadre 29 estimateurs répartis sur l’ensemble du département.

Activités :


Pour l’année 2016, le FIDS a indemnisé 745 414,91 € de dégâts pour 764 ha de cultures détruites.
L’agriculteur qui constate des dégâts nous envoie le formulaire de déclarations de dégâts, mis à disposition par le FIDS en mairie et ce dernier, dès qu’il le réceptionne, le faxe à l’estimateur concerné, qui a alors un délai de 4 à 10 jours pour procéder à l’estimation.
L’estimation réalisée, l’estimateur faxe les résultats au siège du FIDS, qui les enregistre.
Ainsi, au jour le jour, nous connaissons l’importance des dégâts et leur tendance par rapport à l’année écoulée.
Pour gérer les dégâts plutôt que de les subir, le FIDS a décidé de mettre en place différents moyens de prévention. Le plus important est la mise en place de clôtures électriques : 350 kms de clôtures électriques sont réparties sur le département. Ces clôtures électriques nécessitent une main d’œuvre importante et un travail permanent sur le terrain : pose, surveillance, 3 passages de désherbage, démontage, élagage le long des forêts, changement des rubans tous les 5 ans.